RÉUNION PLÉNIÈRE DU CONSEIL NATIONAL DE LA MER ET DES LITTORAUX

 Dans A l'Assemblée Nationale, Actualités

Le lundi 26 octobre 2020, Sophie Panonacle, députée de la Gironde et membre du Conseil national de la mer et des littoraux (CNML), a assisté à la réunion plénière qui s’est tenue en visio-conférence. En présence d’Annick Girardin, Ministre de la Mer et de Bérangère Abba, Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, l’ordre du jour de cette réunion portait sur deux points : l’avenir du CNML et le projet de stratégie nationale pour les aires protégées 2020 – 2030.  

La première partie de la réunion a été l’occasion, pour la Ministre de la Mer, de s’exprimer sur ses ambitions pour le CNML. Regrettant le manque de visibilité de l’instance et la multiplication des groupes de travaux gravitant autour, elle a toutefois rendu hommage aux travaux menés par ses membres depuis 10 ans. 

Dans ce contexte, elle a confié une mission à Sophie Panonacle, afin de mener un vaste travail de concertation interne censé constituer la base d’une rénovation du fonctionnement du CNML.

Dans un second temps, les membres du Conseil national de la mer et des littoraux ont examiné le projet de stratégie nationale pour les aires protégées 2020-2030. Porté par le ministère de la Transition écologique, cette nouvelle stratégie rassemble pour la première fois l’ensemble des aires protégées (terrestres et marines) pour l’ensemble des territoires (Métropole et Outre-mer). Elle vise à concrétiser les objectifs fixés par le Président de la République en 2019 : porter à 30% la part des aires protégées, dont un tiers sous protection forte, d’ici 2022 (soit 10% du territoire).

Outre la création de nouvelles aires, cette nouvelle stratégie permettra de répondre à de nombreux enjeux communs à toutes les aires protégées : 

  • La qualité de la gestion du réseau des aires protégées
  • Les usages durables au sein du réseau des aires protégées
  • L’intégration territoriale des aires protégées
  • Les enjeux du financement des aires protégées

L’importance est de taille pour une plus grande protection et une meilleure gestion des 420 km2 que compte le Parc naturel marin du bassin d’Arcachon, et toute la biodiversité qu’il abrite.

Articles Récents

Commencez votre saisie et appuyez sur Entrée pour rechercher