PRESENTATION DU RAPPORT PARLEMENTAIRE LA SENIORITE , LE TIERS INVISIBLE DE LA VIE DES FEMMES ?

 Dans En Circonscription

J’ai été ravie de partager, dans la salle du Tir au Vol à Arcachon, un moment d’échanges sur une question de société qui, nous concerne toutes et tous : la situation des femmes âgées.

Entourée de Géraldine Dupin, Directrice de Pôle Emploi La Teste, de Philippe Calmettes, Directeur de Pôle Emploi Andernos, de Pierrick Chaussée, Directeur-adjoint de la Carsat Aquitaine, de Julien Rossignol, Directeur du Centre Hospitalier d’Arcachon, du Docteur Marie Aubert Barrois, responsable Autonomie du Conseil Départemental de la Gironde au Pôle Solidarité du Bassin d’Arcachon, de Raphaëlle Huck, infirmière libérale, de Joséphe Mercier, Présidente de Solidarité Femmes Bassin, et de Françoise Coineau, Présidente de Femmes Solidaires, j’ai eu le plaisir de présenter, devant une nombreuse assistance, le rapport parlementaire commandé par la Délégation aux Droits des femmes, dont je suis la Secrétaire et intitulé : La séniorité , le tiers invisible de la vie des femmes ?

L’architecture du document se décompose en trois parties : Emploi et retraites, Santé/prévention et perte d’autonomie, l’inclusion des femmes âgées dans la société.

Ainsi, les femmes de 55 ans et plus ont un salaire en moyenne inférieur de 29 % à celui des hommes avec des inégalités professionnelles et salariales encore plus visibles en fin de carrière. Il faut ajouter que le marché du travail est peu favorable aux femmes séniores qui subissent à la fois les discriminations en raison du sexe et en raison de l’âge. Elles ont donc un moins bon niveau de revenu et forcément un moins bon niveau de vie que les hommes séniors.

En ce qui concerne les sujets de la Santé, de la prévention et de la perte d’autonomie, le défi est deVivre plus longtemps mais mieux en préservant la santé physique et mentale ainsi qu’en prenant mieux en compte la dépendance. Les femmes représentent 74% du public accueilli en EHPAD, dont 91% n’ont plus de conjoint. 2,2 millions de personnes âgées de + de 60 ans vivent à domicile en perte d’autonomie et 73% des bénéficiaires de l’APA en 2016 étaient des femmes, à quoi il faut ajouter que la plupart des aidants sont des aidantes.

Enfin, toute société qui met à l’écart les personnes âgées se prive de la richesse d’une partie de sa population. La vulnérabilité sociale ou l’isolement est la première problématique à traiter car de là découlent des problèmes de santé, la maltraitance et les violences.

Sous-estimées, excusées par la sénilité ou la maladie, invisibilisées par les statistiques, les violences au sein du couple touchent pourtant de nombreuses séniores. Depuis janvier 2019, 16 meurtres de femmes de plus de 75 ans ont été commis, mais il demeure impossible d’évaluer l’ampleur des violences conjugales dans cette classe d’âge. C’est pourquoi j’ai proposé, entre-autre, de créer un Observatoire national de la maltraitance des seniors.

Je suis convaincue que pour changer le regard de notre société sur le vieillissement il faut affirmer haute fort  les droits des personnes âgées ; je suis convaincue que nous devons veiller à ce que les personnes âgées disposent de ressources permettant une vie décente ; je suis convaincue que les femmes âgées doivent pouvoir participer librement à la vie publique sociale et culturelle.

Aujourd’hui nous devons mettre en place une politique publique transversale en faveur des personnes âgées. Je tacherai d’y veiller dans le cadre des prochains textes législatifs concernant la réforme sur le grand âge/l’autonomie et ceux concernant les retraites. Je suis convaincue que la prochaine loi sur le grand âge et l’autonomie qui sera discutée dès la fin 2019 devra très sensiblement améliorer les moyens.

Notre société doit revaloriser le rôle des aînés dans notre société et développer des initiatives trans-générationnelles qui nous permettront à coup sûr de gagner en cohésion sociale.

 

 

 

 

 

Articles Récents

Commencez votre saisie et appuyez sur Entrée pour rechercher